Séminaire Ecologie et religiosités – Campus Condorcet/MSH de Paris – 22.9., 13.10., 1.12.

S’il est vrai que l’étude des phénomènes religieux est aux fondements mêmes de la sociologie, il n’en demeure pas moins que l’écologie s’intègre difficilement à cette discipline. Or, ce deux sous-champs disciplinaires, que constituent aujourd‘hui la sociologie des religions et la sociologie de l’environnement, au sein de laquelle s’insère la réflexion sur l’écologie, peuvent leurs perspectives et venir interroger plus généralement les cadres des sciences sociales. Dès lors, une approche historiographique de l’éthique environnementale s’impose, tant les pionniers du mouvement écologiste (Leopold, White, Ellul, Illich) furent confrontés à la problématique de l’interpénétration (Luhmann) de ces champs, que celle-ci concerne les origines religieuses des catégories environnementales (White, Ferry, Larcher), la dimension sacrée de la nature et le ré-enchantement du monde (Naess, Callicott, Lovelock, Serres, Larrère), la rencontre entre mouvements sociaux et institutions religieuses dans le contexte de la sécularisation (Pace, Gauchet), ou encore la participation de ces écologies religieuses ou spirituelles à la reformulation des cadres sociaux. Dans une perspective ouverte à toutes les sciences humaines et sociales, le séminaire Ecologie et religiosités, lauréat de la bourse Campus Condorcet, se pose alors comme objectif de participer à la cartographie de leurs intersections. Porté par le GSRL (EPHE), la MSH à travers le projet de recherche Saisir l’Europe – Europa als Herausforderung et l’université Paris I –Sorbonne, il se déroulera certains lundis de l’année scolaire 2014-2015 à l’EHESS, 190 avenue de France, 75013 Paris.

Les prochaines séances prévues sont les suivantes:

–                    – 22 septembre:  Catherine Larrère, professeur de philosophie à Paris 1, spécialiste philosophie morale, co-auteur– Du bon usage de la nature. Pour une philosophie de l’environnement (Paris, Aubier, 1997). Sa présentation s’intitule :“Quand l’écologie s’occupe de religion“. Elle sera discutée par Ludovic Bertina (doctorant GSRL)

–                     – 13 octobre : Fabrice Flipo, auteur de Nature et politique, contribution à une anthropologie de la modernité et de la globalisation (Paris, Amsterdam, 2014) et Jean Chamel (doctorant à l’université de Lausanne)

–                     – 1 décembre : Augustin Bercqueauteur de Poétique de la terre, histoire naturelle et histoire humaine, essai de mésologie (Paris, Belin, 2014) et Anahita Grisoni (postdoctorante à l’ENS de Lyon)


Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.