Séminaire Nature et politique – Grands Moulins, Paris

Ce cycle de séminaire s’inscrit dans la continuité du colloque Penser l’écologie politique, qui s’est tenu à l’université Paris 7 – Diderot les 13 et 14 janvier derniers, lors duquel la nécessité  d’interroger la dimension politique de l’écologie en dialogue, en opposition et en dehors des partis dits écologistes est apparue clairement. Si les bases de ce questionnement ont été posées, la constitution d’un paradigme écologiste comme alternative économique, politique et sociale, requière de soumettre à l’analyse différentes dimensions de ce champ de réflexion et d’action : racines, valeurs, utopies mais aussi tensions et conflits avec les modalités existantes. Dans cette double perspective, le cycle de séminaire a pour objet de faire émerger et de traiter ces questions à partir d’une approche dynamique, inspirée des « controverses productives.

Le séminaire a pour but d’approfondir ce qu’il en est de l’écologie politique au sens d’un mouvement social et des enjeux qu’il porte. Une définition minimale et acceptée par tous est que l’écologie politique ou écologisme (la première est l’idéologie, au sens que Louis Dumont donne à ce terme, du second) se distingue de l’environnementalisme en ce qu’il ne constate pas simplement la dégradation de la nature mais il produit une analyse des causes profondes de cette tendance et propose des pistes pour y remédier. Le séminaire entend donc creuser la question sous tous les angles déjà identifiés par les travaux existants sur le sujet depuis la naissance du mouvement dans les années 60 : rapport avec la modernité, avec la science, la religion, la structure et le mode d’action des mouvements sociaux, son rapport avec les autres formes d’action collective etc. Le séminaire veut aussi crédibiliser la recherche sur le sujet, trop longtemps maintenu dans les marges de la recherche mainstream. On se demandera d’ailleurs comment se fait-il que les questions d’écologie politique fassent l’objet d’énormes négociations internationales et qu’on ait aussi peu porté attention, de manière aussi peu systématique, au mouvement social qui se présente comme porteur de réponses. Enfin le séminaire se veut ouvert sur la société, en travail avec elle et vise donc à la fois le public universitaire et éclairé. Le séminaire est porté par plusieurs institutions : Laboratoire de Changement Social et Politique de Paris 7 ; Telecom et Management SudParis (Institut Mines-Télécom) ; UMR5600 Environnement, Ville, Société de l’université de Lyon, à travers le programme de recherche Saisir l’Europe – Europa als Herausforderung ; AgroParistech.

Programme :http://ecopol.hypotheses.org

Adresse pour les contacts mails: anahitagrisoni@gmail.com


Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.